old-letters-436503

Suite de l’article « lettre à mes proches »

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterDigg thisPin on PinterestShare on LinkedIn

 

Dans le dernier magazine, je me suis adressée à mes proches afin de leur expliquer ma maladie. Ma maman a bien voulu se prêter au jeu de l’interview, vous allez donc faire sa rencontre et connaître son opinion sur les révélations qu’elle a pu lire.

  • Maman quand tu as lu l’article (lettre à mes proches) qu’as -tu ressenti, et penser ?En effet comme tu le dis j’ai toujours pensé que tu étais forte et courageuse, mon ressenti est que tu es toujours. Si j’avais ta maladie je ne sais pas si je résisterais.
  • Est-ce que cet article t’as appris certaines choses ?Oui, car je savais que c’était dur pour toi mais pas à ce point-là. Je voyais que cela empoisonnait avis, l’article m’a permis de comprendre l’importance de la fibromyalgie.
  • Si oui lesquelles ?J’ai appris combien tu voulais cacher est ta souffrance, pourtant je la voyais, mais je réalise encore plus que je suis impuissante.
  • Suite à cet article, ta vision sur la fibromyalgie a-t-elle changé ?Aujourd’hui je pense que tu as besoin d’aide et de soutien, comme chaque personne atteinte de cette maladie et ceci au quotidien
  • Est-ce que tu as été surprise par certaines révélations ?

– j’ai été surprise de voir que tu t’adressais à tes frères, car avec les douleurs du passé et je constate qu’aujourd’hui tu serais prête à faire abstraction, afin de profiter de ta famille tant que la maladie te le permet.

  • Cet article a-t-il modifié quelque chose pour toi ?En tant que maman j’ai toujours voulu de protéger des souffrances de la vie, malheureusement ce n’est pas possible. Néanmoins je t’ai apporté tout mon amour est et je me sens récompensé par le tiens au travers de tes mots, de tes attentions. Aujourd’hui je ne veux pas que tu te sacrifie pour moi car tu dois d’abord penser à toi et cela me fait mal de voir que je vieillis et j’ai peur de devenir un fardeau pour toi.
  • Crois-tu que les gens réalisent ce qu’est la fibromyalgie ?Non ! Ils ne s’en rendent pas compte, sauf ce qui connaissent cette maladie dans leur entourage.
  • As-tu apprécié de pouvoir hier cet article et pourquoi ?J’ai énormément apprécié de le lire, cela m’a permis de mieux cerner certaines choses car je m’étais fait de fausses idées. Lire ce que tu as écrit à tes frères et aux autres personnes, me montre combien tu aurais eu besoin de plus de soutien (exemple : par rapport à ton ex-mari pour vos enfants). Mais malgré tout tu continues d’avancer et de projeter dans l’avenir.
  • Qu’aimerais tu dire aux gens qui nous lisent ?Je ne suis qu’une maman et pas un docteur, bien qu’avec mon expérience je me sois rendu compte qu’on « guérit » plus avec de la douceur et de la compréhension. Le car et le cerveau sont trop complexe pour que nous puissions tout comprendre. Il est certain qu’avec la vie trépidante que chacun doit mener aujourd’hui ne facilite pas la détente, la crispation, l’énervement, le souci ne font qu’aggraver la souffrance d’une personne atteinte de fibromyalgie. Il en est de même dans bien d’autres cas de la vie si on ne la vie pas toujours avec humilité et est une grande dose d’amour canton est en famille, papa, maman, frères ou sœurs se soutenir, s’aider, ces mais tout simplement… ce mot contient en de chagrin, de joie, d’espoir aussi pour l’avenir.

Aujourd’hui gèlent tout ce que Marjorie ma fille chérie a écrit dans le magazine fibromyalgie, bien sûr j’ai vécu avec elle les quelques bons moments de sa vie mais surtout j’ai souffert avec elle et les idées de mon mieux à supporter les moments les plus cruelles qu’on puisse imposer de force à une petite fille.

Force et courage semblait toujours l’habité mais un cœur meurtri par tant de morsures ne peut pas penser toutes ses plaies. Certaines ne guérit ont jamais. Je le confirme, être souillé est dévalorisé sans cesse affaiblit le système nerveux et couvre la porte à bien des choses que même les plus intelligents ne peuvent voir venir. Sommes-nous, chacun de notre côté assez fort pour toujours marcher et avancé fièrement ? oui ! Peut-être ! Mais à quel prix quand la maladie nous écrase ?

A toi ma fille chérie surtout ne t’inquiète pas pour moi, c’est une lutte que tu mènes contre la fibromyalgie et je le comprends.

Certes chutait éloigner de moi et tu me manques, mais ceci n’est rien quant à la haine que j’ai contre la maladie qui t’assaille et que ni toi ni moi ni personne pour l’instant ne peut éradiquer. Combien de toutes ces personnes qu’elle fait souffrir voudraient la voir disparaître ?

Je sais ma chérie la lutte que tu mènes avec courage, surtout ne dit jamais que tu n’es pas forte, où que tu manques d’intelligence, car dans ta souffrance tu sais très bien mener ta vie, ton ménage, ton couple et tes enfants. Tu sais, les voir aussi studieux dans leurs études, réussirent leurs examens, toujours persévéré c’est une force que tu l’auras inculqué, un courage et je suis fier de ta dignité, de ta force de caractère, miss fibro a qu’à bien se tenir ! Il y a tant de combattants contre elle, elle sera bien obligée d’abdiquer bientôt. Ma souffrance vécue tout au long de ma vie d’enfant, de femme, de maman m’a permis de te donner tout l’amour de mon cœur pour que tu ais cette force de combattre, mon amour de maman sera toujours plus fort que tout, porte soutenir dans ta maladie, t’aider à voir mieux et plus loin dans les prochaines années restera pour moi un devoir !

Mais demeurera jusqu’à la fin de ma vie l’espoir de voir guérir un jour toutes personnes souffrant de fibromyalgie grâce à toutes les bonnes volontés qui se penchent sur la recherche en vue de ces guérisons et alors viendront d’autres bonheurs que tant de gens attendent dans tous les sens du mot.

Courage à vous tous. Je t’aime ma chérie persévère !

Je remercie ma maman d’avoir accepté de répondre à mes questions et aussi pour toutes les belles choses qu’elle a pu dire de moi, (comme je l’avais dit ma maman me voit comme une fille super géniale…) Je vous rassure j’ai plein de défauts….

Je suis heureuse d’avoir pu partager cela avec vous, car il me semblait important d’avoir une réponse d’une personne concernée par l’article. Ce fut maman car personne d’autre n’a lu « lettre à mes proches », sauf mon compagnon, mais il ne m’en a pas parlé, pour le prochain magazine j’aimerais bien obtenir son ressenti aussi, affaire à suivre.

Le fait d’avoir écrit cet article avec la collaboration de ma maman nous a fait partager un moment de complicité et un rapprochement, comme quoi parfois il est bon de révéler ce qu’on ressent, je ne regrette pas de l’avoir fait.

Pour terminer, ma maman est une personne formidable et il est vrai qu’elle a toujours été là dans tous les moments de ma vie, plus de mauvais que de bons, mais son amour m’a donné comme elle le dit la combativité, cet amour ne permet aujourd’hui de tenir encore et d’espérer. Merci maman je t’aime fort.

Je souhaite que maman ait raison qu’un jour la fibromyalgie sera éradiquée ! Nous sommes tous des combattants à nous d’être vainqueurs !

A toutes les autres personnes n’étant pas malade je vous dirais simplement tendez nous la main, soutenez-nous afin de former la plus grande des armées pour gagner la guerre contre la fibromyalgie.

Découvrir Fibromyalgie Magazine
Commandez le magazine

couv ext

One Comment

  • RIPPE dit :

    JE SOUFFRE TELLEMENT QUE JE ME DEMANDE CHAQUE JOUR SI JE DOIS CONTINUER A VIVRE. AUCUN REPOS. C’EST JOUR ET NUIT. J’AI TOUT ESSAYE ET LES DOULEURS SONT DE PLUS EN PLUS FORTES. JE N’EN PEUX PLUS. JE NE CROIS PLUS EN RIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


5 + 3 =