pillow-1890942

La sexualité et la fibromyalgie

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterDigg thisPin on PinterestShare on LinkedIn

Il s’agit là d’un sujet un peu particulier, aujourd’hui la sexualité reste taboue pour bon nombre d’entre nous, ce qui est tout à fait normal vu que cela touche à notre intimité profonde, ne vous inquiétez pas nous allons juste évoquer ce qu’implique la fibromyalgie par rapport aux relations intimes.

Tout d’abord il faut bien se dire que la sexualité est naturelle, lorsqu’on emploie le mot sexualité ça laisse apparaître à mon avis quelque chose de primaire. Donc je préfère utiliser le terme de relation intime.

D’après les nombreuses études faites sur le sujet nous ne sommes pas tous égaux face aux relations intimes, certains ou certaines sont plus demandeurs que d’autres, à chacun bien sûr de vivre en harmonie dans son couple.

Sachez que ce n’est pas évident de parler de ce sujet, surtout pour moi, mais je tenais à le faire car je pense que mon expérience passée et l’arrivée de la maladie ont eu des conséquences un peu similaires, par rapport à mon corps. Je vais parler en tant que femme bien sûr car je ne peux m’exprimer au nom d’un homme, néanmoins ils feront partie de ce sujet quand même.

Lors d’une relation intime normale, entre deux êtres qui s’aiment, qui sont en bonne santé tout se passe généralement bien, mais comme pour tout il y a parfois des petites pannes, ce qui engendre souvent des disputes, car le partenaire s’interroge, où se sent frustré voir rejeté, et comme une traînée de poudre les choses vont exploser. C’est étrange, pourtant c’est bien réel !

Rien n’est jamais parfait, que ce soit en amour, en sexualité ou pour tout le reste. Venons maintenant à la maladie, suivant le traitement, il peut y avoir des conséquences sur la libido. Ensuite les douleurs sont une autre conséquence, car vous ne supportez pas que quelqu’un vous touche tellement la douleur est forte.

Déjà là le problème est énorme, car pour aboutir à une relation intime, il faut que le corps soit détendu, il faut que le partenaire éveil le désir avec des caresses, des bisous, de la tendresse. Comment est-ce possible si le moindre contact éveil une douleur ? Malheureusement il n’y a aucune solution et pas de miracle, avoir une relation intime dans la douleur n’est plus une chose normale ! Je vais être brutale mais si une femme parle d’un acte sexuel douloureux elle ne parlera pas d’amour, plutôt d’un abus. Car la douleur est bien une source de violence ? Ou de maltraitance !

Attention j’essaye juste de vous faire comprendre ce que le psychique peut enregistrer, un acte d’amour ne peut s’effectuer dans la douleur car le plaisir ne sera pas au rendez-vous.

Certains couples arrivent à communiquer suffisamment pour accéder à une relation tendre et agréable, seulement il n’y en a pas beaucoup. Dans notre société l’acte sexuel reste une sorte d’obligation pour que tout aille bien, ce qui n’est pas forcément vrai !

Parlons un peu des hommes, ces messieurs ont souvent du mal à accepter voire comprendre qu’une femme n’a pas les mêmes dispositions, il me semble qu’un homme a plus de facilité à avoir une relation intime, que la femme, en effet cette dernière est plus susceptible face aux changements hormonaux, aux conflits, aux soucis avec les enfants… je crois que la femme a plus de mal à se détendre et se laisser aller ce qui ne facilite pas les relations. Ceci est valable pour toutes les femmes pas uniquement celles qui sont malades donc essayons de comprendre ce qui se passe lorsqu’une femme est atteinte d’une maladie douloureuse. Nous avons largement débattu et expliqué le quotidien avec la fibromyalgie, nous n’avons jamais abordé la sexualité !

Face à cette maladie, qu’on soit homme ou femme chacun peut comprendre la difficulté pour avoir une relation intime dans de bonnes conditions, puisque le toucher peut-être douloureux, les mouvements aussi, nous sommes loin de la relation intime idéale, après je n’ai pas la solution car chacun a sa propre ouverture d’esprit et ses limites, je tiens à ne pas basculer dans le vulgaire, il est important de conserver l’acte d’amour, je parle bien d’amour car là aussi nous sommes confrontés à quelque chose de difficile.

On nous dit que pour être aimé il faut s’aimer soi-même ? Eh bien comment s’aimer lorsque notre corps devient une prison, une plaie, un désastre ? Encore une fois on est loin de la relation idyllique.

Comme je le disais aussi tout à l’heure certains médicaments sont plutôt agressifs pour le corps puisqu’ils agissent sur l’esprit obligatoirement il y a une répercussion sur le corps.

Personne ne parle jamais de tout cela, pourquoi ? Ce n’est pas facile et la personne malade se sent énormément coupable, car la maladie vient aussi lui voler son intimité. De ce fait la peur que notre partenaire nous abandonne s’immisce dans notre vie. Pourtant chacun aimerait avoir une relation intime pleine d’amour, de tendresse, d’attention.

Je crois aujourd’hui que ce soit pour l’homme ou la femme qu’il est très difficile d’accepter ce changement qui nous plonge un peu plus dans l’isolement, que faut-il faire ? Je pense qu’il faut être capable de communiquer de parler à cœur ouvert de tout ce qu’on ressent, d’exprimer à notre partenaire que certains gestes sont trop douloureux, qu’il faut qu’ils soient plus tendres que jamais, que la douceur soit la priorité avec la patience, il n’y a pas de secret, même si vous êtes ensemble depuis 20 ans devant la maladie vous devrez vous redécouvrir, réapprendre à vous connaître et aussi changer vos habitudes.

Evidemment nous venons de voir tous les côtés négatifs, mais pourquoi ne pas envisager cela comme un nouveau départ, un nouvel amour à conquérir, aller plus doucement sera plus savoureux, il est par contre indispensable que l’amour, je parle du sentiment, il faut qu’il soit bien présent je dirais que depuis la maladie je ressens énormément le besoin de me sentir aimer en tant que personne, j’ai du mal à l’expliquer à mon compagnon car j’ai l’impression d’être faible et d’attendre plus de sa part,En effet j’attends plus pas par caprice mais par besoin, par nécessité, la relation intime n’est pas qu’une chose à part il s’agit d’un tout. Ce n’est pas comme chez les animaux, pour vivre une relation intime épanouie il faut beaucoup d’autres choses à côté.

Sans la maladie peu de couple sont épanouis car beaucoup de choses ne sont pas dites, alors avec la maladie si vous ne dites rien vous souffrirez, car peu importe le niveau de nos douleurs nous restons des hommes et des femmes nous avons tous besoin d’un minimum de tendresse, d’affection, et la relation intime est bénéfique ! Certaines des études ont démontré que les relations sexuelles apporteraient un bien-être ce qui est logique puisque celles-ci sont censées nous apporter du plaisir, donc du bonheur et du bien-être !     […]

Découvrir Fibromyalgie Magazine
Commandez le magazine

couv ext

7 Comments

  • LABRE NICOLE dit :

    Tout ceci est vrai, hélas ! mais quand on est seule, comment espérer retrouver un nouvel amour connaissant toutes ces complications et douleurs qu’on endure. Je ne l’envisage même plus, même si souvent j’en aurais envie, même d’une relation épisodique. Peur de me faire rejeter, dès la première fois, de devoir donner des explications qui ne seront pas comprises. A 61 ans je me dis que ma vie amoureuse est foutue et j’en souffre. Et personne à qui en parler !!!! merci de m’avoir lue

    • Sylvie B dit :

      J’ai 54 ans et ça fait des années que je suis célibataire et sans sexualité. Mes médicaments m ont aidé à baisser ma libido. Alors pas d explication à donner, j’ai pas à me sentir mal d avoir envie de dormir tout le temps et je me suis faite une grande amie : ma solitude.

    • Moi j’ai 40 ans , j’ai divorcé depuis 2013 , j’ai retrouvé quelqu’un il y a un et demi , au bout de 15jours de couple , il a dubi la belle crise que j’ai eu, je ne suis pas sorti de mon lit des jours complets , il m’a lavé, et il m’a même du mettre le bassin, la crise c’est calmer par la suite mais ça à durée deux mois a peu près, et figure toi qu’il n’a pas fait demi tour et que depuis ce temps il est toujours au petit soin pour moi , c’est un amour d’homme, tout ça pour te dire que j’etais négative comme toi et tout compte fait on peut trouver l’amour avec tout nos soucis et notre maux , voilà mon petit message en espérant qu’il puisse te redonner confiance en toi et ca c’est très important, bon courage

    • GOMEZ DIDIER dit :

      bonjour….je suis un homme fibro et j’ai une compagne également fibro…..grosse coincidenceje l’avoue….néanmoins nous nous comprenons et apprenons à apprivoiser nos corps fibro afin que les caresses et les papouilles puissent exister et procurer de la détente et du désir.
      il faut prendre beaucoup plus son temps pour elever les deux corps à un état de desir extrême et sans soufrir….les préliminaire devienient lacte principal de l’amour et le coit s’il est possible ne sera que plus fort encore et très souvent en deuxième jouissance….
      apprendre l’autre ….réapprendre et repartir à zéro et on y arrive très bien .il suffit de prendre son temps et si l’amour est fort alors vous y arriverait sans problème…..soyez câlin patient attentif réceptif….et ça paiera vous verea….amusezvous bien petit coquin et coquine fibro……hihi…bizzzz

  • Gladys dit :

    Cet article est vraiment très intéressant moi même, fibromyalgique depuis l’âge de 35ans,l’ai actuellement 68ans, avec mon mari nous avons beaucoup discuté je lui ai expliqué mes douleurs durant et après nos moments intimes. Nous avons décidé de ne plus avoir de relations depuis 17ans. Mais nous nous aimons toujours autant. Des petit câlins beaucoup de respect l’un pour l’autre et tout ce passe très très bien

    • Moi j’ai 40 ans , j’ai divorcé depuis 2013 , j’ai retrouvé quelqu’un il y a un et demi , au bout de 15jours de couple , il a dubi la belle crise que j’ai eu, je ne suis pas sorti de mon lit des jours complets , il m’a lavé, et il m’a même du mettre le bassin, la crise c’est calmer par la suite mais ça à durée deux mois a peu près, et figure toi qu’il n’a pas fait demi tour et que depuis ce temps il est toujours au petit soin pour moi , c’est un amour d’homme, tout ça pour te dire que j’etais négative comme toi et tout compte fait on peut trouver l’amour avec tout nos soucis et notre maux , voilà mon petit message en espérant qu’il puisse te redonner confiance en toi et ca c’est très important, bon courage

  • Pascal dit :

    Bonjour, je suis un homme… Fibromyalgique…pour nous non plus ce n’est pas simple. A nous aussi les médicaments font baisser la libido. A cela, si l’on rajoute les douleurs, pour nous aussi le sexualité devient difficile voir problématique notamment quand nous “n’y arrivons pas”. Il faut beaucoup parler avec son conjoint pour lui expliquer qu’on n’est plus aussi disponibles qu’auparavant. Mon épouse l’a bien compris, heureusement, et nous nous sommes habitués à prendre plus de temps, à être plus à l’écoute de mon corps, de mes désirs, de mes possibilités et des rares éclaircies dans mes souffrances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 + 2 =