prévalence fibromyalgie

La prévalence et les caractéristiques de la Fibromyalgie

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterDigg thisPin on PinterestShare on LinkedIn

La plupart des connaissances liées à la fibromyalgie viennent du milieu médical, ce qui influe sur les résultats des études. Les caractéristiques de la fibromyalgie dans une population donnée n’ont pas été étudiées en détail.

La fibromyalgie est un diagnostic médical utilisé pour décrire la perte de qualité de vie liée à des douleurs généralisées, ainsi que des symptômes physiques et psychologiques qui se produisent en l’absence de causes pathologiques claires.

Pour avoir un diagnostic de fibromyalgie, cela exige que les personnes présentant ces symptômes consultent des professionnels de santé aptes et enclins à diagnostiquer la fibromyalgie.

Notre compréhension actuelle de l’épidémiologie de la fibromyalgie est principalement fondée sur des études qui se sont déroulées dans les milieux cliniques. A ce jour, il n’y a pas eu d’études sur une population non-diagnostiquée pour évaluer la prévalence de ces symptômes.

Etre capable de cerner les symptômes de la fibromyalgie dans une large population hors d’un cadre clinique peut fournir un nouvel éclairage sur la maladie et sa nature.

L’étude de la NHIS (National Health Interview US Survey) a été menée sur un échantillon de 8446 personnes…

[…]


Découvrir Fibromyalgie Magazine N°7
– Parution Janvier –
Commandez le magazine

mag7


Dans la population étudiée, 1,75% des personnes de plus de 18 ans remplissaient les critères de l’étude pour la fibromyalgie. La prévalence était plus faible pour les personnes dans une tranche d’âge de 18 à 29 ans (0,76%), et plus importante de 2,41% dans la tranche d’âge de 50 à 59 ans.

Parmi ces personnes, 27% ont un diagnostic de fibromyalgie, 15,3% de polyarthrite rhumatoïde, 3,3% de la goutte, 1,4% de lupus, 21,7% de lombalgie et 47,5% d’arthrite.
La prévalence de la fibromyalgie est de 2,38% chez les femmes et de 1,06% chez les hommes. En ce qui concerne l’origine ethnique, il n’y a pas de différence significative, sauf pour les asiatiques qui ont un taux de fibromyalgie significativement plus faible de 0,2%.

La comorbidité (NDLR : association de plusieurs troubles, maladies associées) est importante pour les personnes souffrant de fibromyalgie, par exemple, 23,3% des personnes fibromyalgiques sont aussi diabétiques, contre 8,3 % dans la population globale, 29,6% souffrent également d’asthme contre 11,7% dans la population globale. Concernant le travail et le handicap, 55,8% des personnes atteintes de fibromyalgie ayant moins de 65 ans, ont déclaré qu’elles n’étaient plus capables de travailler à cause de leur état de santé, alors que ce taux s’élève à 5,8% dans la population globale.

Concernant les symptômes psychologiques et la capacité fonctionnelle, ces symptômes tels que l’anxiété, la dépression, la fatigue, la douleur sont beaucoup plus présents pour les personnes atteintes de fibromyalgie que dans la population globale. La plupart des personnes identifiées fibromyalgiques à travers l’étude n’ont pas eu de diagnostic de fibromyalgie de la part d’un médecin. Au lieu de cela, 15,3% avaient un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde, 3,3% la goutte, 1,4% le lupus, 21,7% de lombalgie et 47,5% un diagnostic d’arthrite. Cela peut refléter la tendance clinique d’attribuer préférentiellement un autre diagnostic clinique que celui de la fibromyalgie.

La comorbidité (NDLR : association de plusieurs troubles, maladies associées) est très fréquente

55,8% des personnes ont déclaré avoir leur capacité de travail diminuée à cause de leur état de santé.

La plupart des personnes identifiées fibromyalgiques à travers l’étude n’ont pas eu de diagnostic de fibromyalgie de la part d’un médecin. Au lieu de cela, 15,3% avaient un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde, 3,3% la goutte, 1,4% le lupus, 21,7% de lombalgie et 47,5% un diagnostic d’arthrite. Cela peut refléter la tendance clinique d’attribuer préférentiellement un autre diagnostic clinique que celui de la fibromyalgie.

il semble clair que les différences dans l’interprétation d’un clinicien des symptômes a un impact substantiel sur la nature des traitements offerts et couverts par les régimes d’assurance maladie. Les causes possibles de l’absence de diagnostic de fibromyalgie comprennent la présence d’autres diagnostics médicaux, le manque de connaissances, ou un désaccord sur la nature et la signification des symptômes, et comment ils devraient être caractérisés.

Les enquêtes sur les facteurs antécédents dans le développement de la douleur généralisée ont fait ressortir un taux important de traumatismes de l’enfance et des anomalies psychologiques. Il semble également évident que ces symptômes soient liés à des facteurs comportementaux existants, tels que l’obésité, les antécédents de tabagisme etc. Ces observations ont pour but de rappeler aux médecins que la maladie est souvent accompagnée de symptômes qui ne peuvent pas être facilement reliés à celle-ci, la prise de conscience de la forte relation entre la comorbidité et les symptômes de la fibromyalgie peut aider les médecins dans la réduction des tests médicaux inutiles et permettre de se focaliser sur le bien-être du patient.

L’effervescence intellectuelle contemporaine dans la recherche de la fibromyalgie gravite essentiellement autour des mécanismes neurobiologiques de la douleur, mais la maladie a trois axes de recherches : biologique, psychologique et environnemental ou socioculturel, les facteurs de risques sont répartis dans ces trois catégories.

14 Comments

  • lefevre-haddad sabine dit :

    Bjr. Étant moi même fibromyalgique depuis des années, ç navrant de voir que cette pathologie n est pas pris au sérieux par le monde médical et l entourage personnel. On n est pas des fainéants, on n est pas fou et on ne simule pas. Essayer de vivre avec douleurs, fatigué et autres non stop. Je donne ma place volontiers.

    • Benoît gonin sophie dit :

      Moi aussi je donne volontier ma place… c est épuisant de subir et vivre cette fatigue et ces douleurs constante sans aucune solutions valable. A quand une vrai reconnaissance et une vrai prise en charge 😕

    • Ciprandi dit :

      Je donne la mienne = . J’ai vécu des années au Sahara avant d’être diagnostiquée fibro aucune comparaison avec le désert dans lequel je me trouve actuellement. Merci à tous ceux qui se bougent contre cette pathologie.😊i

  • J’ai créé avec mon amie Annie, il y a environ 5 ans l’association EFO35 (entraide fibromyalgie ouest), j’en étais la secrétaire et je tenais aussi son blog.
    Mais, je me suis usée à cet exercice et je dois avouer que j’ai un peu “baissé les bras” !
    De voir que vous prenez le relais me fait chaud au coeur :)
    Longue vie à votre journal et à votre asso !!!
    Bien amicalement

    Evy

  • Geneviève Genevois dit :

    Bonjour,
    Fibromyalgie diagnostiquée en 2005 après des invalidités depuis 1993, durant toutes ces années, prises de sang, infiltrations, radios, scanners, irm
    En 2007 mise en invalidité de + 66%
    Depuis, passages en clinique pour protocole Kétamine, efficace, mais pas dans la durée, cure ou je suis repartie en souffrant plus qu’à l’arrivée
    Des patchs anti douleur de toutes sortes, efficaces pour certains, sans effet pour d’autres.
    Ce que je peux dire actuellement que depuis 1993 je souffre et la je suis en retraite suite à mon invalidité.
    Personne ne souffrant pas de cette maladie ne peut comprendre par ou passent les personnes qui subissent cette maladie .
    je regrette que rien n’ait été trouvé, car les douleurs invalidantes sont difficiles à supporter avec des passages de désespoir. je ne parle pas en plus des effets secondaires des lourds traitements
    Nous essayons également des produits naturels, mais les phases de répit sont très rares.

  • Varlet dit :

    J ai depuis 2000 la fibromyalgie diagnostic du professeur hatron CH Lille, depuis ma vie est devenue triste , car maladie non reconnue, impossible par l entourage d accepter que nous soyons toujours fatiguee, impossible de m accepter ainsi, moi si dynamique, une vie au ralenti, j ai 58 ans et intérieurement plus vieille que maman 85 ans,puisque je n’arrive pas à faire le dixième de celle ci

  • Espi dit :

    Moi aussi je laisse ma place volontiers. Cette “maladie invisible” est difficile à vivre au quotidien. Je ne sais pas quel traitement vous avez mais je serais curieuse de savoir comment on vous traité pour comparer avec le mien et qui sait partir sur d’autres pistes. Je prends par jour 6 ixprim, 2 skenan lp à 60 mg (morphine), 2 lyrica à 75 (je viens de baisser j’étais à 3 lyrica à 100 mg). Ça c’est pour la douleur et ensuite s’ajoute pour le diabète, la tension….

  • Christ Ailes dit :

    Ce qui est rageant c’est que d’un pays à l’autre, la médecine traditionnelle n’est pas foutue d’être la même. La france a décidé de ne pas reconnaître la fibromyalgie comme maladie alors qu’aux Etats Unis, elle l’est depuis 20 ans. Ils ont même débloqué des capitaux pour la recherche sur cette maladie. Ils ont même mis au point un médicament efficace pour soulager la douleur. Seulement, ce dernier est à base de molécule de canabis médicinal, et au vu de la politique de la france sur ce sujet, on est pas prêt d’être soulagé !!! Alors, on souffre, on s’adapte comme on peut, et surtout, surtout, on ferme sa gu…e et on supporte en silence !!!!

  • Janike GUILLAUMIN dit :

    Bonjour, je suis diagnotiquee fibromyalgique depuis qq mois, apres 3 ans de recherches et d examens. Il est bien difficile d’assumer cela , merci pour e soutien

  • GAUDEFROY dit :

    Bonjour,

    Totalement de votre avis mais il ne faut pas que l’on baisse les bras, un jour nous serons entendus et compris….je ne sais pas si vous travaillez encore mais c’est ce qui représente pour moi la grosse difficulté….
    Je vous souhaite le meilleur……

  • VANILLE dit :

    Bonsoir,

    Je suis diagnostiqué depuis 2 ans, ma vie change comme la votre peu à peu. Le plus difficile est d’accepter de se sentir diminuer et d’entendre les médecins même des spécialistes renommés vous dire que la maladie est liés à 1/3 Psycho, 1/3 environnement social et 1/3 maladie. Le plus navrant est que personne a de solutions pour les conséquences car nous ne pouvons plus assurer comme avant. La sécurité sociale ne souhaite rien entendre et nous sommes condamnés à stopper notre activité professionnelle sans rien en retour alors que nous avons travaillé et cotisé toute notre vie. D’un salaire convenable nous passons dans les minima sociaux parce que nous ne sommes pas entendus par notre assurance maladie. Je ne baisserai pas les bras tout comme vous tous mais j’avoue que parfois je suis perdue dans cette vie qui se transforme peu à peu en peau de chagrin. J’espère que le temps sera notre ami dans cette lutte………….

    • GAUDEFROY dit :

      Bonjour Vanille,

      Ma fibromyalgie a commencée après un accident de travail en 1999(plus précisément, un accident de trajet: me suis endormis en revenant du travail en voiture, bilan: multiples fractures, trima crânien….).Là, où c’est plus que rageant, c’est que cela ne peut être considéré comme une conséquence de cet accident….Et, maintenant cela devient de plus en plus compliqué de travailler normalement (je suis en arrêt de travail depuis 10 jours et pour en encore les 2 semaines qui viennent….Tant que la fibromyalgie n’aura aucune réelle reconnaissance, nous sommes condamnés à la galère! Déjà et comme beaucoup, j’ai erré environ 10 ans pour avoir un diagnostic (Par contre, le médecin spécialiste de la douleur qui l’a posé à vraiment été extra et a bien pris le temps de discuter avec moi. le jour de la première consultation, je suis resté pratiquement 2 heures avec lui à parler et il a répondu à toutes les questions que je me posais et à aucun moment, j’ai eu la sensation habituelle du médecin qui veut te mettre dehors car il n’a pas le temps….)
      Ce spécialiste de la douleur, quand je lui ai raconté l’historique de mes problèmes a été très clair avec moi: c’est votre accident qui est la source de la maladie mais ce n’est hélàs pas la peine d’attendre une éventuelle prise en charge puisque la maladie, pour les pouvoirs publiques n’existe pas (il y a un moment de cela) et même si la situation avance dans le bon sens, il faut reconnaître qu’il y a encore un sacré bout de chemin à faire avant que l’on soit traité avec plus de dignité et comme tu le dis, c’est parfois extrêmement compliqué à vivre….(heureusement que j’ai un entourage qui me comprend sinon je ne sais où je serai actuellement…..)
      Bref, je fais le dos rond depuis des années en espérant mais travailler devient très éprouvant mais je ne veux pas me retrouver comme tu le décris au minima sociaux et devenir une larve donc je fais tout pour résister mais pour le monde du travail, être malade c’est devenir un problème! Je travaille pourtant dans une très grande entreprise où l’affichage politique dit: “on va vous aider” mais la réalité est tout autre et c’est la très grande solitude…..J’ai été mis en inaptitude à mon ancien poste pour une maladie qui officiellement n’est pas reconnue (je trouve ça extra….) depuis j’ai du me débrouiller seul et je perd une partie de mon salaire….(au problème de santé , on t’ajoute des galères et tu t’enfonce encore plus mais il ne faut pas se plaindre…(un responsable RH m’a dit une fois: “tu sais si tu avais été dans une PME tu te serai fait viré”. Moralement, c’est très bon et le tout de manière bien méprisante….minable…..) .Il faut dire que j’ai du faire des pieds et des mains pour retrouver un poste pour lequel j’avais un minimum d’intérêt et pour cela, je n’ai pas hésiter à “enfoncer” des portes mais j’y ai laissé énormément d’énergie…..maintenant est venu le moment de payer la facture de cette débauche d’énergie et là, ça fait mal….
      Enfin, comme beaucoup, je pourrais en écrire des pages sur le sujet….
      Continuons à être positif, la lumière arrivera un jour….
      Beaucoup de courage…

  • Elena dit :

    Bonjour, je suis Karine et je viens juste de fêter mes 40 ans. Je suis diagnostiquée fibromyalgilque depuis 2011, après avoir souffert pendant 2 ans !!!!! En plus des douleurs intenables, je n’ai pas de soutien moral autour de moi. Ni mon mari, ni mes parents ne comprennent cette maladie invisible alors pour eux, c’est du cinéma !!!!
    Bien sûr, je m’éclate de ne plus pouvoir aller bosser, à rester enfermer tout le temps, à ne pas arriver à faire dans ma maison tout ce que je pouvais y faire auparavant…… Avant, je mettais entre 2 h 30 et 3 h pour faire tout mon ménage maintenant, je fais un planning car je n’y arrive plus…..
    Je suis soignée par le Dr Ghouila, spécialiste de ce type de maladie, et comme traitement il me donne :
    600 mg de Neurontin 3 f / jour ; Cymbalta 120 mg le soir ; 30 gouttes de Rivotril et 2 comprimés 3 f / jour de Daffalgan Codéiné…..
    Sans compter que je rentre toutes les semaines faire une perfusion de 80 mg de Kétamine.
    Quelle vie me reste-t-il à 40 ans, surtout avec un mari qui ne veut rien comprendre et n’arrête pas de me seriner qu’à cause de moi, nous allons perdre notre maison !!!!!!
    Pourquoi dans certains départements aussi, la fibro est-elle prise à 100 % et dans d’autres non ?
    C’est pas logique, ou tous ou rien !!!!! Même de ce coté-là, je dois me battre.
    Merci si quelqu’un à des réponses ou des infos à me donner……..

  • Hysilia dit :

    Je suis fibromalgique depuis très longtemps j ai ètè voir diffèrents spècialistes dans toute le France suite a cet ètat très douloureux qui a ètè diagnotiquè fibromalgie que depuis 8 ans environ,grosse dèpense d argent pour moi,douleur insupportable,invalidante,très grosse fatigue,nombreux synstomes variants que les fibromalgiques connaissent,je travaille encor actuellement a mis temps et mis temps invaliditè,je suis èpuissèe,il faut que je sois courageuse pour travailler avec cette maladie,car l icomprèhension des mèdecinset le rejet de certains, mais il y certains spècialistes qui prennent la douleur en compte Merçi!il serai tant que cette maladie soi reconnue en France et amèliorer notre quotidien car nous sommes des humains qui voulont vivre avec moins de souffrance et du respect,car ce n est pas un maladie imaginaire comme le disent certains praticiens de santè,les synstomes sont inquiètants et les douleurs sont bien rèelles, Il faut garder espoir !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 + 3 =