fibromyalgie-magazine

FIBROMYALGIE – EXERCICES PHYSIQUES ET INTENSITE DES DOULEURS

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterDigg thisPin on PinterestShare on LinkedIn

fibromyalgie-magazine

Contexte

Le glutamate est un neurotransmetteur suspecté de jouer un rôle dans la fibromyalgie. Il transmet les informations des neurones au système nerveux et vis versa. Libéré d’un neurone, il excite les cellules du cerveau les rendant plus actives.

Le lactate est issu de l’acide lactique productrice d’énergie dans les muscles notamment.

Le pyruvate est à l’origine de l’adénosine triphosphate (ATP) servant à emmagasiner et transporter l’énergie dans notre organisme.

La fibromyalgie est associée à des concentrations anormalement élevées en glutamate, et basse en pyruvate et lactate.

Méthodes

L’étude a porté sur 29 patientes fibromyalgiques et 28 femmes en bonne santé avant et après des séances d’exercice physique. Une surveillance pour les deux groupes sur les concentrations en lactate, pyruvate, glutamate et glucose

a été menée dans le quadriceps avant et après 15 semaines d’exercice (principalement des exercices de résistance).

Le quadriceps est le muscle le plus volumineux du corps humain. Située dans la loge antérieure de la cuisse, il supporte en grande partie notre poids et nous permet de nous déplacer.

Résultats

Après des séances d’exercices physiques, le groupe des fibromyalgiques déclarait une diminution significative de l’intensité de la douleur. Les chercheurs ont découvert un retour vers des concentrations correctes en glutamate, pyruvate et lactate.

De plus, ces derniers ont constaté qu’à la suite de ces exercices les patientes fibromyalgiques augmentaient leur force et leur endurance.

Conclusion

Cette étude soutient l’idée que des modifications métaboliques sont présentes chez les fibromyalgiques et que ces modifications contribuent à leurs douleurs.

Après des séances d’exercices, un retour à la normalité des concentrations en lactate, pyruvate, glutamate et glucose semble s’opérer.

L’intensité des douleurs diminue (mais elles ne disparaissent pas totalement).

La force et l’endurance s’améliorent.

 

 

Sources : Étude de Lemming, Dag – Börsbo, Björn – Sjörs, Anna

Pain and Rehabilitation Centre, and Department of Medical and Health Sciences, Linköping University , Suède

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 + 3 =